Propriétaire, entre autres, de l’usine baralbine, le groupe Adova a vu sa demande de prêt garanti par l’État (PGE) retoquée. Il brandit le spectre de licenciements.